Contenu

Baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h

 

La vitesse est la première cause des accidents mortels en France (31 %). Le réseau routier sur lequel les accidents mortels sont les plus fréquents est celui des routes à double sens sans séparateur central (55% de la mortalité routière).

 

En quoi consiste cette mesure ?

À compter du 1er juillet 2018, elle réduira de 90 à 80 km/h les vitesses maximales autorisées sur les routes à double-sens, sans séparateur central.

Quel impact pouvons-nous espérer ?

Comme l’a établi le comité des experts du Conseil national de la sécurité routière dans son rapport du 29 novembre 2013, une réduction de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central - limitée à 90 km/h - permettrait de sauver entre 300 et 400 vies par an.

En effet, cette portion du réseau routier est celle sur laquelle les accidents mortels sont les plus fréquents : en 2016, plus de la moitié de la mortalité routière (55 %), soit 1 911 personnes tuées, est survenue sur les routes bidirectionnelles hors agglomération, majoritairement limitées à 90 km/h.

Cette estimation de vies épargnées par la mesure est d’ailleurs soutenue par Rune Elvik, chercheur et doctorant en sécurité routière qui a dédié 20 années de recherches sur le thème de la vitesse. En recueillant plus de 500 études venant du monde entier, son travail a permis de mettre en lumière une corrélation entre l’abaissement de la vitesse et le nombre d’accidents. C’est mathématique : agir sur la vitesse permet de diminuer le nombre des accidents de la route et leur gravité.

Une telle mesure présente également l’avantage d’améliorer la fluidité du trafic et de diminuer les émissions polluantes dans l’environnement.

Est-ce que mes trajets vont être plus longs en roulant à 80 km/h ?

En roulant à 80 km/h plutôt qu’à 90 km/h, nous pourrions imaginer que notre temps de conduite sera considérablement rallongé. Or, on constate qu’il y a peu de différence dans le temps de trajet.

Démonstration faite avec l’UTAC CERAM, experts et spécialistes d’essais et d’expertises sur circuit routier.

Les effets de la vitesse sur la conduite

Les distances d’arrêt

La distance d’arrêt est égale au cumul de la distance parcourue pendant le temps de réaction et de la distance de freinage. Pour faire simple, plus la vitesse d’un véhicule est élevée, plus la distance d’arrêt sera grande. Avec ce changement de vitesse, la distance d’arrêt sera donc réduite, diminuant ainsi les risques de collisions.

Par exemple, à 80 km/h, je parcours 13 mètres de moins qu’à 90 km/h pour m’arrêter.

Démonstration faite avec l’UTAC CERAM, experts et spécialistes d’essais et d’expertises sur circuit routier.

Et découvrez les effets de la vitesse sur les distances d’arrêt des conducteurs de deux-roues motorisés ici.

Violence du choc

En cas de freinage d’urgence, la vitesse à laquelle je roule peut tout changer, notamment sur la violence du choc.

Démonstration faite avec l’UTAC CERAM, experts et spécialistes d’essais et d’expertises sur circuit routier.

Visuels en téléchargement :

infographie "vitesse" (format pdf - 784.7 ko - 27/06/2018)
Infographie "décélération" (format pdf - 2.3 Mo - 27/06/2018)
Flyer 80kmh (format pdf - 1.1 Mo - 28/06/2018)