Communiqués de presse

Contenu

Bilan chiffré des radars fixes dans Lot pour les années 2016, 2017 et début 2018

 

Vous trouverez ci-joint le bilan chiffré des radars fixes dans le Lot concernant les années 2016 et 2017 et le début de l’année en cours, ainsi qu’un état comparatif concernant les mois de janvier et février 2016, 2017 et 2018

Pour interpréter ce bilan chiffré, il convient de noter que sept radars fixes ont été modifiés pour contrôler dans les deux sens de circulation en 2016, et deux autres en 2017.

La sécurité sur nos routes est un enjeu majeur.

Les conducteurs doivent adapter leur vitesse au profil des routes du département et aux conditions météorologiques. Vitesse adaptée et vitesse maximale autorisée diffèrent, ce dont trop de conducteurs n’ont pas encore suffisamment conscience.

Depuis une dizaine d’années, l’accidentalité sur les routes lotoises a reculé concernant tous les types d’accidents, qu’ils soient matériels, corporels ou mortels. Mais le nombre de morts et de blessés reste toujours trop élevé. Rappelons que pour l’année 2017, le bilan s’est élevé à 9 décès et 84 blessés sur le réseau routier du Lot, et que depuis le début de l’année 2018 une victime est déjà à déplorer.

Si la majorité des conducteurs adoptent un comportement responsable, les chiffres d’infraction à la limitation de vitesse constatés par les radars automatiques montrent un relâchement des comportements, sur des secteurs pourtant identifiés pour leur caractère accidentogène.

C’est pourquoi le Gouvernement a annoncé, à l’occasion du dernier comité interministériel de la sécurité routière, 18 grandes mesures concentrées sur les deux prochaines années, notamment l’abaissement de la vitesse maximale autorisée à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central. Ces routes sont le lieu de 75 % des accidents corporels et 85 % des accidents mortels déplorés dans le Lot.

L’impact de la limitation à 80km/h sur la durée d’un trajet sera minime : 3 mn pour un trajet de 40 km et 1,5 mn pour un trajet de 20 km.

Cette mesure entrera en vigueur le 1er juillet prochain pour une phase d’expérimentation de 2 ans afin d’en évaluer l’efficacité. Aucune application au cas par cas n’est prévu. L’objectif, il faut le rappeler, est bel et bien de sauver des vies et d’éviter des blessures parfois irréversibles.

bilan 2016 2017 2018 (format pdf - 210.7 ko - 09/03/2018)

 
 

Documents associés :