Contenu

Et si on levait le pied ?

 

Après la Slow food, le Slow tourisme, le Slow management et la Slow school, voici la Slow conduite et son professeur.

 

Le mouvement « Slow life » est né d’une idée simple : ralentir en douceur pour mieux profiter de l’instant et prendre le temps de vivre une vie meilleure. Si la « Slow attitude » gagne bien des terrains, c’est loin d’être le cas pour la conduite : 86 % des conducteurs avouent insulter leurs congénères, 1/3 reconnaissent coller le véhicule devant eux sur l’autoroute et doubler par la droite, et 16 % sont déjà sortis de leur véhicule pour aller s’expliquer avec un autre conducteur [1]… Dans ces conditions, pas étonnant que les Français, lorsqu’on les interroge sur leur rapport à la route, parlent d’ « un univers de jungle, de chacun pour soi, générateur de stress » [2].

Cet étrange phénomène qui transforme nombre de citoyens bienveillants et courtois en furies vociférantes dès que le moteur tourne, n’est pas seulement source de tension, mais aussi de risques d’accidents. Aussi, la Sécurité routière invite les Français à adopter la Slow conduite, pour vivre mieux et plus longtemps.

La campagne

Professeur Slow, un repenti devenu sage.

À travers ses enseignements, la nouvelle icône de la « Slow conduite » aborde de façon positive les bénéfices à rouler à la juste vitesse. Un sage et attachant paresseux, dont la morale tient en une phrase : « La vie appartient à ceux qui lèvent le pied ».

Les spots radio

Pour prendre la mesure de l’absurdité des mauvais comportements de la route, une déclinaison de 3 spots radio tendent un miroir un peu sarcastique aux auditeurs qui, pour nombre d’entre eux, sont en train de conduire, avec cette signature : « Sur la route, restons calmes, restons en vie »

Écouter les spots radio

 

[1*8e édition du Baromètre de la conduite responsable, Vinci / Ipsos, février 2018

[2**Etude Kantar pour la Sécurité routière, décembre 2017