Contenu

Les Assises lotoises de la mobilité

 

Dans le cadre des Assises nationales de la Mobilité, l’atelier territorial dédié à la mobilité dans les territoires ruraux s’est déroulé le lundi 6 novembre 2017 de 17h30 à 20h30 à la Maison des associations de CAHORS. Riche d’une cinquantaine de participants, les six thèmes retenus pour ces Assises nationales de la Mobilité ont été travaillés et débattus. A l’issue de cette soirée constructive et riche en échanges, de multiples propositions ont émergé.

 

Depuis le 19 septembre, les usagers, collectivités, opérateurs, acteurs économiques et organisations non gouvernementales participent à une grande consultation lancée par le Premier ministre et la ministre chargée des Transports.

Les Assises nationales de la mobilité visent à identifier les besoins et les attentes prioritaires des citoyens sur le thème du transport dans la vie quotidienne. La consultation se déroule en plusieurs étapes et sous différentes formes sur une période de trois mois. Elle aboutira à une loi d’orientation des mobilités présentée début 2018.

Ces Assises reposent sur les principes suivants :  

  1. la mise en place d’ateliers dans les territoires réunissant des usagers, des acteurs locaux et des experts,
  2. une consultation en ligne ouverte au public avec 6 grands thèmes identifiés sur les mobilités du futur. Pour participez à cette consultation, rendez-vous sur le site des Assises de la mobilité..

Les thèmes en débat 

Les ateliers thématiques permettront de préciser les besoins en matière de transports et d’identifier les leviers pour y répondre, afin qu’à l’horizon 2030, les mobilités soient :

  • plus propres en réduisant l’empreinte environnementale de nos déplacements ;
  • plus connectées en accélérant la révolution numérique dans les transports pour anticiper les mutations de la mobilité ; 
  • plus solidaires en réduisant les fractures territoriales et l’assignation à résidence, pour faire de la mobilité physique un moteur de la mobilité sociale ;
  • plus intermodales en articulant mieux toutes les offres pour les rendre plus attractives et pour offrir une vraie alternative à la possession d’un véhicule individuel ;
  • plus sûres en réduisant les accidents et risques liés aux mobilités ; 
  • plus soutenables en équilibrant les modèles économiques, en dégageant des ressources financières à la hauteur des besoins et en rendant la gouvernance plus efficace.

Pour la région Occitanie, quatre réunions sont organisées et un atelier des territoires s’est tenu à Cahors autour de la mobilité en zone rurale le lundi 6 novembre 2017 à la Maison des associations.

Les propositions des Lotois

Ces échanges ont permis de souligner l’importance de la mobilité pour les habitants au quotidien, dans un département dont le caractère rural crée un besoin important de déplacements souvent assurés en voiture individuelle.

Parmi les multiples propositions qui ont émergé, on peut souligner l’importance accordée :

  • au mode ferroviaire, tant pour les déplacements du quotidien que pour l’accès aux grandes villes (Paris, Limoges, Toulouse, …) ;
  • au développement d’une mobilité plus propre : aides à l’acquisition de voitures électriques et de vélos à assistance électrique, généralisation des bornes de recharges, création de cheminements vélos et piétons sécurisés pour les petits déplacements du quotidien ;
  • au développement d’une mobilité plus solidaire, notamment à l’attention des jeunes, des demandeurs d’emplois et des seniors en s’appuyant sur les possibilités offertes par le numérique : meilleure visibilité de l’offre de covoiturage, faciliter l’accès aux points de rendez-vous des co-voitureurs (stationnement, accès en transports en communs), voitures en auto-partage, déploiement du réseau internet haut-débit sur l’ensemble du territoire pour accéder aux services de mobilité et pour limiter certains déplacements : télétravail, formalités administratives ;
  • à la mise en cohérence des différentes offres de transport entre elles (bus, train, transport à la demande, …), et avec les autres politiques publiques (urbanisme par exemple).