Contenu

Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’État français et d’hommage aux « Justes (...)

 

A l’occasion de la Journée nationale à la mémoire des victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français et d’hommage aux « Justes », Catherine FERRIER, préfète du Lot, invite les Lotoises et les Lotois à bien vouloir honorer de leur présence la cérémonie organisée :

dimanche 17 juillet 2016 à Cahors

- 11h15, place Bessières : hommage aux victimes des crimes racistes et antisémites de l’Etat français devant la plaque commémorative au Musée de la Résistance, de la Déportation et de la Libération du Lot,
en présence des autorités civiles et militaires, d’un représentant de la communauté juive ainsi que des associations d’anciens combattants.

Les Lotoises et les Lotois, les jeunes en particulier, auront à cœur de se souvenir qu’au cours de la rafle du Vélodrome d’Hiver, les 16 et 17 juillet 1942, près de 13 000 hommes, femmes et enfants ont été arrêtés par la police française et internés avant d’être déportés. Au total, près de 50 000 Juifs français, dont 11 000 enfants, périrent dans les camps d’extermination nazis, ainsi que des Tsiganes également arrêtés, internés et déportés.

Les Lotoises et les Lotois auront également une pensée pour les « Justes » qui ont recueilli, protégé ou défendu, au péril de leur propre vie et sans aucune contrepartie, une ou plusieurs personnes menacées de génocide.

Rappelons que le titre de « Juste des nations » est issu de la loi du parlement israélien du 19 août 1953 fondant l’Institut
Yad Vashem à Jérusalem, à la mémoire des martyrs et héros de la Shoah. Ce titre, dont les premiers ont été décernés en 1962, récompense les personnes non juives qui, malgré les risques, ont aidé des Juifs menacés d’arrestation et de déportation par les nazis au cours de la seconde guerre mondiale.

Il s’agit de la plus haute distinction civile attribuée, également à titre posthume, par l’État d’Israël.